Préférez-vous manger de l’érable ou marcher dessus ?


En ce moment, on permet des coupes de bois d’érable sain sur les terres publiques. 

Le sirop d’érable est l’une de nos plus précieuses ressources, c’est notre carte de visite lorsqu’on voyage à l’extérieur, c’est notre trésor et notre fierté nationale.

Le mémoire publié il y a quelques jours par les Productrices et producteurs acéricoles du Québec (PPAQ) révèle que l’industrie du sirop d’érable génère autour de 12 800 emplois à temps plein dans la province et des retombées économiques totales de plus de 1,13 milliard de dollars.

Il va sans dire qu’on a tout intérêt à protéger davantage nos précieux érables. On n’est jamais à l'abri d’une maladie qui pourrait en décimer une importante partie tout comme on l’a vécu avec la maladie hollandaise de l’orme, l’agrile du frêne et la maladie corticale du hêtre, notamment. 

Donc oui aux coupes sélectives des arbres morts, pour faire du nettoyage, oui à un possible partenariat avec des entreprises privées ou des particuliers pour récupérer des érables inutiles sur leurs terres, mais on ne coupe pas des érables sains pour en faire du plancher, de grâce!! 

On doit impérativement être plus prudent avec notre ressource nationale et resserrer les règles en matière de coupes de bois sain sur les terres publiques. C’est une partie de ce que nous sommes, et de nos revenus qui sont en jeu. 

https://ppaq.ca/fr/actualites/memoire-des-ppaq-plan-directeur-ministeriel-pour-le-developpement-de-lacericulture-en-foret-publique/


Laissez un commentaire


Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés