L’entrepreneuriat, un jeu de patience.


Le weekend dernier, mon beau-fils de 7 ans me demande d’amener la petite cabane rouge au bord du chemin pour y vendre nos produits. Eh oui, il a la fibre entrepreneuriale. ;)

Le problème, c’est qu’on habite au fond d’un rang où il y a très peu d’achalandage. Le petit a donc réalisé que l’entrepreneuriat rimait avec le mot patience.

Lorsqu’on se lance en affaires, on veut que les clients se présentent immédiatement. On pense qu’ils vont arriver tout de suite alors qu’il s’agit plutôt d’un jeu de patience.

Pour le petit Gaël, ce fut trop long. Son projet entrepreneurial venait de s’éteindre. Normal, c’est un enfant.

Pourtant, c’est constamment comme ça en affaires. On attend. On lance un produit et on voudrait qu’il ait un succès instantané. On veut devenir la référence, mais c’est toujours plus long qu’on pense.

Tellement long, que certains abandonnent alors qu’on se rend compte que les entreprises qui ont du succès aujourd’hui sont en affaires depuis quinze ans. Il ne faut jamais l’oublier que c’est long.

La réalité, c’est qu’on n’est pas capable d’attendre. Personnellement, je suis une personne très impatiente, mais je sais que ça fait partie du parcours entrepreneurial. Et au final, je sais que ça aura l’air d’un « overnight success », même s’il n’en est rien.

Sans le savoir, Gaël a eu un cour entrepreneurial 101 d’une demi-heure. Il avait des produits et c’est la base. Il y a quelques voitures qui sont passées, mais ne se sont pas arrêtés. Il s’est découragé.

Dans la vraie vie, il aurait dû s’adapter. Adapter son discours, sa façon de faire. Il aurait dû se questionner. Trois voitures sont passées, mais ne se sont pas arrêtées. Que dois-je faire ?

C’est exactement ça l’entrepreneuriat. On passe notre temps à se demander qu’est-ce qu’on doit faire, comment faire pour maintenir la croissance, retenir les clients, etc.

Et toutes les actions qu’on pose n’ont pas un impact immédiat, les retombées sont parfois difficiles à évaluer. C’est le cas du marketing, par exemple, qui peut prendre plusieurs mois avant de porter fruit.

Ça peut prendre plusieurs refus. Peut-être que dans le cas de Gaël, la même voiture serait passée six fois et, à la sixième fois, elle se serait arrêtée…L’histoire ne le dira jamais.

L’attente en entrepreneuriat nous tue constamment, il faut apprendre à vivre avec.


Laissez un commentaire


Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés