Livraison gratuite à l'achat de 60$ et plus au Québec et en Ontario (5$ pour les commandes de 25$ et plus), et à l'achat de 100$ et plus dans les autres provinces canadiennes.

L’art de se réinventer : la nature première de l’entrepreneur


Savoir se réinventer, c’est le quotidien de l’entrepreneur, pas seulement un enjeu lié à la pandémie. Tout ce qui fait du surplace risque tôt ou tard de rouiller.

Être un entrepreneur, c’est constamment chercher à dénicher de nouveaux clients et à offrir plus à ses clients actuels; c’est chercher à développer des marchés, ouvrir plus de points de ventes, créer des produits innovants.

C’est le propre de l’entrepreneur de se réinventer, sans quoi il se fera dépasser par son compétiteur et perdra des parts de marché, tout simplement.

Oui, il a peut-être fallu mettre les bouchées doubles à cause de la pandémie, mais si cela n’était pas déjà dans votre nature de vous remettre en question et de toujours chercher à faire plus, à faire mieux, à créer de nouvelles opportunités pour votre entreprise, alors vous n’êtes peut-être pas un entrepreneur, mais plutôt un inventeur ou un gestionnaire.

Se réinventer, tenter de prédire ce que sera le marché dans 18 à 24 mois, ce que les gens voudront acheter, c’est l’histoire entrepreneuriale à sa plus simple expression.

C’est ça, être entrepreneur. C’est la raison pour laquelle on se lance en premier lieu. C’est souvent parce qu’on est frustré par un problème ou quelque chose qui ne fonctionne pas à notre goût, un produit qui n’est pas au point, et on veut trouver une solution. On veut faire différemment des autres, faire mieux, faire plus, changer le monde et faire de l’argent.

Et quand on trouve la recette gagnante, il faut déjà penser à la prochaine recette, puis la suivante, et ainsi de suite. Il se peut qu’on se plante à l’occasion, les plus grandes entreprises ont lancé des produits qui ont fait patate. Qu’on pense au New Coke de Coca Cola ou au Ketchup mauve et vert de Heinz…Ces compagnies ont réalisé que ce sont leurs produits classiques qui plaisent à leur clientèle. Cela ne les empêchent pas d’offrir des variantes et d’innover d’autres types de produits tout en conservant leurs classiques.

C’est impossible de sortir un produit ou un service et de penser qu’il connaitra le même succès dans 25 ans en y changeant rien. Vous devrez toujours vous réinventer. Pas seulement vous adapter, s’adapter veut dire « subir » les vagues du marché, alors qu’on doit prévoir ce qui s’en vient et tester la température de l’eau.

Depuis l’ouverture de ma boutique en ligne il y a près de deux ans, j’ai d’abord offert aux gens ce qu’ils souhaitaient : des galons de sirop d’érable et du beurre d’érable. Ensuite, je leur ai proposé des produits dérivés un peu moins connus tels que le pain de sucre, le sucre d’érable fin et, bien sûr, ma fameuse barbe à papa à l’érable. Ça aurait pu ne pas marcher, mais ça a été un succès. Pas seulement parce que les produits sont exceptionnels, parce que j’ai su raconter une histoire aux gens.

Car il y a évidemment aussi une grande part de marketing dans le succès d’un produit. Le produit en soit doit être attrayant et de qualité, oui, mais l’histoire qu’on va raconter pour le présenter compte beaucoup également. Et comme les gens aiment la nouveauté, je me fais un devoir de développer de nouveaux produits constamment. Après la barbe à papa, ça a été les mini-meringues à l’érable, puis le popcorn à l’érable, ensuite celui aux épices Sriracha, et bientôt, nous offrirons cinq sortes de maïs soufflé à nos clients, et ce n’est que le début.

Alors se réinventer ? C’est ÇA l’entrepreneuriat.



Language
French
Open drop down