Livraison gratuite avec tout achat de 60$ et plus, ou taux fixe de 5$ avec achat minimum de 20$ (Québec et Ontario)



Faire faillite ou savoir arrêter

Publié par François Lambert le

Il fut un moment ou faire faillite était « presque bien vu », tu ne pouvais réussir si tu n’avais pas touché les bas fonds.

Quand j’entendais ça plus jeune, je ne comprenais pas et je n’ai jamais pensé que quelqu’un puisse faire une « faillite payante ».

Ça n’existe pas une faillite payante. Et ce n’est jamais joyeux faire faillite. Par contre, ce n’est pas un passage obligé. Un entrepreneur doit arrêter de creuser sa tombe à un moment donné et se rendre compte qu’il est dans la passe de l’acharnement.

La première qualité d’un entrepreneur c’est la persévérance, le pire défaut de l’entrepreneur c’est aussi la persévérance lorsque celle-ci se transforme en acharnement.

C’est certain que lorsqu’on voit des entreprises faire faillite alors que l’entrepreneur a une grosse maison, ça fait jaser, et c’est normal.

Il a probablement réagi un peu trop tard et s’est rendu compte qu’il était dans la phase acharnement.

Et croyez-moi, je suis le premier à lui tomber dessus.

Je n’ai jamais fait faillite, mais j’ai déjà abandonné des projets, car j’étais sois en avance sur mon temps ou j’avais sous-estimé les coûts de marketing pour faire connaître le produit.

Car le nerf de la guerre, ce n’est pas le produit, c’est le marketing.

Les entreprises l’oublient souvent cette partie et ils pensent qu’avoir un bon produit c’est suffisant.

C’est faux !

Si vous connaissez ma boutique en ligne www.francoislambert.one, c’est que je vous en parle non-stop et que le bouche-à-oreille fait son œuvre.

Ça aura pris 11 ans avant cela fonctionne. Si j’avais voulu que ça fonctionne et que j’avais mis beaucoup d’argent il y a 11 ans, j’aurais probablement fermé les portes.